Si tu as raté le début de l’aventure, c’est juste ici :

12/11/221-2-1-2 ici l’Himalaya vous me recevez ?Ce trek, il a deux versants.La journée, le ciel est bleu, les montagnes sont magnifiques, tant qu’on marche, aucun souci niveau température. T’as du mal à réaliser que tu es vraiment là, dans l’Himalaya.

Et le soir, quand le soleil se couche, la température chute. En trente minutes, il fait nuit et si tu n’es pas assez couvert, tu meurs de froid. Le seul truc agréable le soir, c’est quand tu vas dans la salle commune et qu’ils allument le poêle. En général, t’as une grosse vague de chaleur puis petit à petit, la température redescend. Mais ce n’est pas trop grave parce que assez vite, tu manges un truc bien chaud.Le plus dur c’est après. Quand t’es dans ta chambre sans chauffage. Sans isolation. Avec l’air froid qui passe sous la porte et autour des fenêtres. Sous ta couette, ton duvet, ton drap de sac, tes couches de thermiques avec tes chaussettes et ton pull, ça va. Mais le visage la nuit, tu ne sais pas où le mettre. Et le plus dur c’est vraiment quand tu veux raconter ta journée, mais que tes mains sortent de toutes ces couches de chaleur et qu’elles se les gèlent !Et le PIRE, c’est de se dire que demain sera pire, parce que tu vas monter. Et après demain, que ça sera encore pire. Mais tu ne sais pas à quel point. Juste que tu auras froid. Froid comment ? C’est la grande question. J’en parle parce que là je suis dans ce froid, mais en vrai, la journée tu oublies qu’il va faire froid. Parce que les journées sont incroyables. Météo ouf. Vue magnifique. Aujourd’hui, on a vu les Annapurna 3 et 4. Immenses, majestueux, de blanc vêtus. Le paysage était différent d’hier.

On est parti de Pisang pour Manang. 18 km, +/-800 de D+. Manang est dans une grande vallée poussiéreuse qui rappelle un canyon gris décoré par l’érosion.C’était vraiment très beau. On ne s’est pas vraiment arrêté manger le midi, mais en chemin on a acheté des sortes de brioches au chocolat et à la cannelle qui sortaient d’un four à bois : elles étaient délicieuses.

Et le plus important, le point positif de la journée : première douche chaude depuis le début du trek !!!On va dormir deux nuits à Manang pour l’acclimatation et demain, c’est rando vers un lac gelé à plus de 4000m, ça a l’air beau.

13/11/22Nuit bizarre. Endormie tôt car hyper crevée. Réveillée à minuit parce que trop soif. Et plusieurs micros réveil dans la nuit. Mal de tête au lever.Le mal des montagnes qui commence ? Alors qu’on est qu’à 3500 m ? Mince alors…Aujourd’hui c’est la journée d’acclimatation à Manang. On passe deux nuits ici, pour s’habituer à l’altitude avant de monter plus. Pour booster l’acclimatation, on a prévu d’aller à l’ice lake qui se trouve à 4600 m. 200m de moins que le Mont-Blanc. Vu comme j’ai mal à la tête à 3500, je crains un peu de monter plus. Mais bon… Ce fameux col de Thorung La, faudra bien le passer à un moment, et lui il se trouve à 5400m !

La rando pour monter au lac est dure… Une des plus dures que j’ai pu faire. On monte sur 1200 m, le chemin est raide. Mes tempes pulsent de plus en plus à la montée. J’avance un pas après l’autre. La montée est interminable. Pour la première fois, je me dis que je ne vais peut-être pas y arriver. Qu’il va falloir que je m’arrête. Que je n’arriverais pas en haut. Ma tête est comme dans un brouillard. Mes jambes sont lourdes. Mais laisser tomber me semble inconcevable.

La vue depuis le chemin est magnifique. On est face à l’Annapurna 3 (je crois). Il semble si proche vu d’ici…Un peu avant les lacs, de la neige entoure le sentier. La trace est glissante. Boueuse. Il faut faire attention. Les lacs sont à moitié gelés. Entourés des montagnes, c’est magnifique. J’admire la vue et je me dépêche de redescendre. J’ai l’impression que ma tête va exploser.

En chemin, on s’arrête dans une petite maison de pierres où un Népalais propose à manger. On prend un riz frit à 3 euros avec la plus belle des vues.

Le reste de la descente semble tellement rapide par rapport à la montée… On rentre couvert de poussière. Mon mal de tête qui avait diminué reprend. Moins intense qu’en haut à 4600 m, mais toujours présent. J’espère que demain ça ira mieux.

14/11/22Bonne nouvelle ce matin : pas de mal de tête à signaler au réveil !Aujourd’hui, c’est une petite journée de marche, on monte juste de 500m pour continuer l’acclimatation. Départ de Manang et direction Yak Kharka. Environ 9km de marche pour 530 m de dénivelé positif. Pas de réveil ce matin, on va y aller tranquille. On prend le petit déjeuner. Je me permets une crêpe au nutella, full gourmandise ! Avant de partir, on passe à la boulangerie qui se trouve juste à côté de  notre lodge, attiré par les viennoiseries de la vitrine qui vendent du rêve ! On paie un peu plus de 300 NPR la viennoiserie, mais elles en valent le coup : elles sont absolument délicieuses. Moelleuses, goûteuses. Vraiment rien à envier aux boulangeries françaises honnêtement.

En sortant de Manang, on voit ce qu’on suppose être un marché aux bestiaux. Des Népalais sont attroupés et tiennent des yaks à bout de corde. Certains yaks sont même allongés sur le sol après qu’ils aient entouré leurs pattes de corde. Les yaks sont étonnement lent et compliant. On hésite à penser que c’était l’abattoir local mais on n’a vu aucune trace de sang.On monte progressivement. Les hauts sommets sont sous les nuages en face, on voit qu’il y neige. Ça donne un aspect différent aux montagnes. On traverse un pont népalais. On suit un groupe de yak et leur berger. J’adore les yaks. Je les trouve trop mignons avec leur grosse tête et leur bas ventre tout poilu.On arrive tôt à Yak Kharka. Un peu après midi. On choisit de prendre un Lodge juste à la sortie du village, pour changer. Finalement, pas de wifi et pas d’électricité dans la chambre. Douche chaude payante. On a peut-être fait une mauvaise pioche niveau lodge. Au final, on y va toujours au hasard et au feeling, mais bon c’est l’aventure.

Bref, ce soir, on passe la nuit à plus de 4000m. L’arrivée au col approche. L’instant de vérité ! J’avoue que je serais soulagée une fois que ça sera fini et que je saurais que j’en ai été capable. J’ai juste peur d’arriver en haut et d’être incapable de passer le sommet à cause du mal des montagnes. On verra ça dans quelques jours. Pour l’instant, je vais apprécier mon dhal bat, le plat national népalais (et végétarien en plus !), et essayer de me réchauffer. Le retour à Pokhara et sa chaleur sera très apprécié quand même. Je rêve du moment où je n’aurais plus besoin d’enfiler des couches de vêtement pour ne pas mourir de froid.

Ps : Mayday Mayday ici l’Himalaya et on se les pèle. Salle commune quittée car malgré le poêle il faisait trop froid. Dehors il fait nuit, on voit les étoiles et ça caille. Je ne vous raconte pas la mission pour aller se brosser les dents et pisser avant d’aller dormir. J’ai trouvé refuge dans mon drap de sac, duvet, couette et avec toutes mes couches. Il fait presque une température correcte. L’extérieur c’est le pôle nord.

La suite juste ici 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *